materiel de collection
Mot de passe oublié ?
Vous êtes ici : Capsules de champagne
Qui sommes-nous ?
Achat
Contacts
Liens utiles

Capsules de champagne

Capsule champagne de collection

La collection des capsules champagne a débuté à Reims en 1985 et s’est maintenant étendue à toute la France et même au-delà de nos frontières. Le phénomène porte plusieurs noms: collection de plaques de champagne ou collections des capsules champagne ou bien encore collection des plaques de champagne, ou par erreur collection des muselets de champagne mais le collectionneur est dans tous les cas un placomusophile !

C’est Dom Pérignon qui découvrit le moyen de faire mousser le vin de Champagne; Aux environs de 1660 la bouteille de champagne était bouchée avec des chevilles de bois garnies d'étoupe imbibée d'huile et cachetées à la cire. Puis jusqu'en 1800, les cavistes fermaient manuellement les bouteilles avec un bouchon de liège. Pour maintenir le bouchon en place sur la bouteille pendant la fermentation, on le ficelait avec une ficelle de chanvre à deux brins qui avait l’inconvénient de moisir avec le temps. Par conséquent, le bouchon finissait par sauter et le champagne par se déverser. Les ouvriers ont donc eu l’idée deBouteille de champagne rajouter un fil de fer: le muselet, pour renforcer le ficelage de chanvre.
C'est Adolphe Jacquesson qui eut l'idée d'intercaler une plaque métallique entre le bouchon de champagne et le fil de fer. Il en fit un brevet qu'il déposa en Novembre 1844. Cette capsule dont la fonction est de maintenir le bouchon en place via le muselet permet à ce négociant de Champagne de résoudre le grave problème de perte de vin consécutive à la porosité des bouchons ou encore au pourrissement des ficelles.
Pourtant il faut attendre environ 1881 pour voir les premières capsules de métal sur les bouchons désormais protégés, maintenus par des muselets de fil de fer torsadés rattachés au goulot de la bouteille. Autrefois, la plupart des capsules de champagne comportaient quatre encoches, trois seulement pour les Moët et Chandon et ceci jusque dans les années 1960. Certaines, fabriquées entre 1900 et 1930, étaient également munies de languettes (Pol Roger). D'autres capsules encore étaient munies d'un trou carré en leur milieu (Giesler) pour laisser respirer le liège.
La grande majorité des capsules sont en fer-blanc, certaines anciennes capsules de collection sont en cuivre ou en aluminium, beaucoup plus rare en acier, ce métal étant réquisitionner pour la Grande Guerre. Au début, ces capsules possédaient toutes un aspect identique et recouvraient les bouchons sans distinction de marque ou de provenance. A la fin du 19e siècle, on eut l'idée d'y estamper le mot "CHAMPAGNE" qui apparaissait ainsi en creux ou en relief, et puis aussi de les peindre en différentes couleurs.

Les fabricants se rendent compte qu’ils peuvent profiter de cet espace de métal pour y insérer leur logo, leur marque ou bien le portrait du producteur (Jacques Robert). Quant au millésime, il fait son apparition en 1906 à l’initiative de Pol Roger. Dans un premier temps, seules les grandes marques sont concernées par ce phénomène. La technique ne permettait son application personnalisée qu’aux rares Maisons qui avaient une grande puissance financière et commerciale. Au milieu du XXe siècle les techniques évoluent et le coût de fabrication d’une capsule « travaillé » devient abordable, ce qui permet son extension.
Au début de la Vème République les récoltants sont tous sensibilisés à cet outil promotionnel qui permet de promouvoir à prix réduit l’image de marque. Les producteurs se mettent rapidement à rivaliser d'originalités pour personnaliser et diversifier leurs capsules de champagne, par exemple en s’inspirant de l’actualité comme une élection présidentielle avec le portrait de l’élu, la cuvée de l’éclipse en 1999 ou bien un drapeau aux couleurs de la France pour des évènements sportifs comme la coupe du mode de football de 1998. Certaines sont même faites à l'attention exclusive des collectionneurs, ces capsules de champagne sont dites de complaisance.
Depuis que cet objet est personnalisé par les producteurs, il fait l'objet d'une collection : la placomusophilie, dont les adeptes, les placomusophiles, sont de plus en plus nombreux.
Aujourd’hui l’évolution des techniques en matière d’impression, en particulier la tampographie, a permis aux grandes marques et aux vignerons d’obtenir des capsules de toute beauté, certaines sont vraiment de petites œuvres d’art. On distingue deux techniques différentes de fabrication :
• La sérigraphie d'une part, qui permet une bonne solidité des couleurs, une grande précision des traits et des coloris résistants à l'usure du temps et aux rayures, garantie d’une belle capsule de champagne.
• La tampographie qui, ne permettant l'impression des couleurs que l'une après l'autre, nécessite des opérations successives délicates de séchage et de calage. Cette technique, plus artisanale, est plus souvent utilisée pour de petites productions.

Les 250 millions de bouteilles de champagne vendues chaque année dans le monde prouvent certainement que le champagne est le plus universel des symboles de fête. Les consommateurs qui garde précieusement leur capsule en souvenir d'un événement en y inscrivant parfois la date au verso, sont des placomusophiles sans le savoir, notre Collection est aujourd'hui composée d'environ 40000 capsules de muselet de champagne. La plaque est donc passée d'un simple outil technique à un objet de collection.
Traditionnellement, les capsules s'échangeaient selon la méthode « une pour une » entre collectionneurs, mais c'est de plus en plus « à la côte » que se déroulent les échanges. Cette côte est consultée dans un ouvrage : Le Lambert, considéré comme la Bible du placomusophile, outre la cote ce catalogue de cotation sert à savoir ce qui existe et dans quel ordre ranger les plaques.
Bien sûr certains préfèreront se consacrer uniquement aux plaques de champagne anciennes, en effet ce sont les plus rares et certaines atteignent des prix d’amateur d’environ 1500 Euros la capsule.
Collectionner des capsules de champagne est un plaisir, et c’est de plus une collection très facile à ranger, en effet les capsules des bouteilles de 75 cl sont les plus collectionnés et elles ont toutes les mêmes caractéristiques.


Collection de capsules de champagneLes capsules des bouteilles de Melchisédech de 30 litres (cette bouteille de 54 kg doit son nom à un ancien roi de Salem) ne sont que très peu collectionné, en effet le prix d’achat des bouteilles limite la dispersion des précieuses capsules.
Pour trouver du matériel de rangement pour les collections de plaques de muselets champagne il faut s’adresser dans notre magasin spécialisé dans les collections, où vous aurez le choix entre des coffrets pour capsule de champagne, des classeurs pour le rangement des capsules champagne, des vitrines ou tableau pour le classement des capsules champagne, des albums pour capsules de champagne, des coffrets pour capsule de champagne ou des plateaux à champagne, médailliers à plaques de muselets, stylos très pratique pour le collectionneur placomusophile et encore un grand choix de matériel pour le rangement et le classement de vos bouchons de champagne.


Album pour classer les capsules champagneVous pouvez également les conserver dans des casiers prévus spécialement à cet effet, en matière plastique, à couvercles de plexiglas, qui coulissent les uns sur les autres comme des tiroirs, ou encore les disposer artistiquement dans des vitrines suspendues au mur. Certains collectionneurs préfèrent notre best-seller pour ranger les capsules de champagne : album capsules de champagne. Il existe également d'autres systèmes de rangement pour les capsules de champagne de collection.
Les fabricants ont proposé des muselets devenus des pièces de précision se décaissant et se distribuant sur des machines tournant à plus de 20 000 bouteilles par heure. Seules les entreprises ayant suivi ces évolutions ont survécu ; les petits artisans, qui représentaient plus de 20 entreprises en champagne après guerre, ont disparu. L'automatisation est telle que la première et la seule personne qui touche la capsule est le collectionneur, la majorité des consommateurs ne sépare que rarement la plaque de son bouchon de liège.
Que les placomusophiles n’hésitent pas à se faire connaître de leur entourage, un sondage auprès de 1600 placomusophiles clients de la Bourse du collectionneur nous a permis de savoir que c’est le premier moyen d’acquérir des capsules de champagne.

LEXIQUE DE LA PLACOMUSOPHILIE

• Capsule classique : le nom de la maison de champagne avec plus ou moins de couleurs ou de dessins.
• Capsule commémorative : pour un anniversaire de la marque ou un évènement particulier.
• Capsule générique : anonyme avec un simple marquage « champagne », pouvant convenir à toutes les marques.
• Capsule millésime : la capsule de champagne peut porter l’année de la cuvée pour les bouteilles millésimées.
• Capsule publicitaire : généralement ce sont des séries et elles n’ont jamais été montées sur une bouteille, elles peuvent même être vendues dans des coffrets spécialement fabriqués pour les collectionneurs placomusophiles.
• Capsule recto-verso : parfois ce sont les 2 cotés de la plaque qui sont décorés.



Monnaies | Billets | Timbres | Fournitures | Librairie | Nouveautés | Conditions générales de vente | Mentions légales