Billet de la BANQUE DE FRANCE

Billet Banque de France de 100 francs

Extrait du billet Banque de France de 100 Francs type 1848 « Définitif »

Billet de la BANQUE DE FRANCE

Pendant un peu plus de deux siècles, et dès l’année de sa création en 1800 par Napoléon Bonaparte jusqu’à l’introduction des billets en euros en 2002, la Banque de France a mis en circulation plus de cent types de billets de banque libellés en francs français.

L’histoire du billet de banque

On n’a jamais tant parlé de nos jours du billet de banque ; aussi n’est-il personne qui ne soit actuellement familiarisé avec la question de l’inflation ? Autrement dit, la mise en circulation d’un chiffre exagéré de papier-monnaie.

Le billet de banque, fut inventé par les chinois. Au commencement du IXème siècle de l’ère chrétienne, la Chine était fort malheureuse. Après une interminable guerre civile, la famine dévastait jusqu’aux plus fastueuses cités. Le roi ordonna à tous les riches de verser leur argent au Trésor. En retour, il fait délivrer des billets qu’il nomma « monnaie volante ». Cette monnaie a volé de capitale en capitale, par tout le monde civilisé.

C’est l’Amérique qui offrit à l’ancien monde et à la Chine elle-même, le type des billets de banque gravé de la façon la plus difficile à contrefaire. C’est l’Amérique aussi qui, par surcroît de précaution, entremêla, sur ces billets, des signes de toutes sortes : dessin géométrique, médaillon, figure ovale ou rectiligne.

Le billet de banque français

En France, on prend aussi les précautions les plus minutieuses pour empêcher la contrefaçon du billet de banque ; ainsi, par exemlpe, le papier des billets de 500 francs et de 1000 francs se composent de 2 feuilles superposées. La feuille externe est de chiffon pur ; la feuille interne de « pâtes vertes », entendez : d’une pâte obtenue directement du chanvre vierge. Et à chaque nouvelle découverte scientifique permettant de sécuriser le billet de banque contre le contrefacteur, notre prestigieuse institution, la Banque de France, modifie le billet.

Jusqu’en 1830, le billet de banque français était imprimé en noir d’un seul côté. En 1831, on appliqua au verso une seconde impression, identique à l’impression du recto et la répétant à l’envers, avec un repérage parfait, comme pour lancer un véritable défi aux faux-monnayeurs. La photographie vint à leur secours. D’abord, ils eurent beau jeu, mais en 1862, le billet fut imprimé en bleu. Pourquoi ? Parce que cette couleur ne pouvait pas être saisie par les plaques photographiques. En 1889, une habile combinaison d’écrans permit aux plaques de saisir le bleu le plus délicat. Il fallut remanier le fameux chapitre d’économie politique sur « l’influence du bleu dans les banques d’état ». On ne revint au bleu qu’en le compliquant d’un fond rose. Le billet de 1910, que vous pourriez avoir en main, est tiré en quatre tons : bleu, rose, noir et jaune. Cependant, le peuple français n’a cessé d’appeler le billet de banque « un bon billet bleu » jusqu’au début du XXème siècle.

Avant même la deuxième guerre mondiale, les principales caractéristiques des nouvelles coupures sont les suivantes : taille croissante suivant la valeur inscrite dans le coin supérieur du recto, ainsi si on superpose l’ensemble de la gamme en partant du bord gauche, tous les montants en seront visibles comme dans un fichier. Les filigranes sont tous disposés de telle façon qu’ils ne puissent être endommagés ni par l’épingle, ni par la pliure. D’autre part, ces billets de banque sont imprimés en quatre couleurs et ont, suivant leur valeur, une couleur distincte par la prédominance d’une des quatre tîntes de base.

Pendant les guerres, le « Laboureur » et le « Soldat » règnent en toute allégorie sociale. Il figure la nécessité. Avec la Terre, le Ciel et les Eaux, avec les Quatre Saisons, ils représentent ce qui est, ce qui ne pourrait point ne pas être. Parfois le laboureur, ceint le tablier de cuir et laisse la houe pour le marteau du forgeron ; parfois Minerve coiffe le casque martial et Cérès où Pomone tiennent la corne d’abondance ; mais, sous chacun de ces avatars, c’est toujours le Soldat et le Laboureur qui sont bien souvent représentés sur nos billets de banque ou aussi sur les fresques des palais publics.

Un bon billet de banque demeure toujours bon. La banque est toujours prête à le reprendre, en échange d’un neuf.

Possédez-vous, pour tenter l’expérience , un billet de 5000 francs où, plus exactement « le » billet de 5000 francs ? En 1846, la Banque de France à émis des billets de 5000 francs, tous sont rentrés à l’exception d’un seul. Vous le reconnaîtrez sans peine, car les billets de 5000 francs ont été imprimé en rouge. D’après le catalogue des valeurs des billets de banque français, c’est ce billet de banque qui a la valeur de cotation la plus élevé : 150 000 euro.

5000 Francs ROUGE type 1846

5000 Francs ROUGE type 1846

Les billets de banque circulent au maximum trois ans. Après trente-six mois de vie publique, quand il rentre à la Banque de France, on estime qu’ils ont fait tout leur devoir et on les incinère pieusement. A noter, que le billet de banque anglais vit moins longtemps que le français, dès que pour une raison quelconque il rentre à la banque, il n’en sort plus.

Collectionneurs de billets français imprimés par la prestigieuse Banque de France ? Découvrez sur ce site numismatique du billet de collection français, notre grand choix de billets de collection du XIXème et du XXème siècle, toutes époques (noir, bleu, bicolore et polychrome), qualités et raretés confondues.

Les billets du XIXème siècle sont très rarement proposés sur le marché numismatique, c’est pourquoi nous avons choisi de les intégrer avec les billets du XXème dans une seule et unique catégorie.

1000 Francs GERMINAL

Extrait du 1000 Francs GERMINAL avec Minerve à gauche et la Fortune à droite

Billet Banque de France type Germinal

« Billet » Banque de France (Versement d’Or pour la Défense Nationale) Type GERMINAL

En effet, ces anciens billets, avaient une valeur faciale considérable, par exemple un billet de 500 FRANCS ou de 1000 FRANCS (qui représentait 25 ou 50 pièces d’or de 20 Francs qui circulait au début du XIXème siècle) était destiné principalement aux paiements des transactions des gros négociants du commerce et de l’industrie. Par conséquent, ces billets n’avaient pas comme première vocation de circuler dans les échanges commerciaux quotidiens. Par ailleurs, leurs valeurs faciales très élevées avaient pour effet un échange systématique lors des démonétisations effectuées par la Banque de France. C’est pourquoi, ces billets français du XIXème  siècle sont rares et que très occasionnellement proposés à la vente.

Billet 500 Francs GERMINAL

Extrait du billet 500 Francs GERMINAL de la Banque de France

Le plus ancien et le plus rare billet de la Banque de France connu en collection privé est le billet de 500 FRANCS GERMINAL qui fait partie de la prestigieuse collection (encore incomplète, proposez-nous vos billets rares !) constituée depuis 1976 par la Bourse du collectionneur.

Les alphabets et les numéros de chaque billet seront bientôt affichés dans chacune des fiches produits, découvrez dès à présent le billet de collection français de la Banque de France (à partir de l’année 1953 avec le 1000 FRANCS RICHELIEU, le portrait d’une personnalité ayant marqué l’histoire de France représente systématiquement le thème exclusif du billet).

Affichage de 1–18 sur 313 résultats

1 2 3 4 16 17 18
une question ?

Contactez-nous

Par téléphone au SAV
coût d'un appel local depuis la France

09 51 70 61 80

Par mail
nous vous répondons sous 24h

Contactez-nous

Via Facebook
nous vous répondons sous 24h

Suivez-nous
Vente à distance
Du lundi au vendredi
de 10h à 18h
au 01 45 08 49 01
Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×