Quand la Banque de France achète des tableaux

Quand la Banque de France achète des tableaux

… au lieu d’acheter des billets de la Banque de France qui lui manquent et qu’elle ne préempte que très rarement. Espérons que le succès annoncé du musée CITECO fera bouger les lignes.

Dans un rapport publié aujourd’hui sur le mécénat fiscal, la Cour des comptes juge inappropriées plusieurs acquisitions d’œuvres d’art, financées par la Banque de France, sans aucun lien avec ses missions.

C’est l’une des perles figurant dans le rapport de la Cour des comptes sur le mécénat fiscal, rendu au député LR Gilles Carrez ce mercredi matin. Les magistrats en profitent pour pointer les achats de tableaux et autres objets d’art, classés “trésors nationaux” ou “œuvres d’intérêt patrimonial majeur”, par la Banque de France au profit des musées nationaux. Ces acquisitions, donnant lieu à des réductions d’impôts, sont jugées inappropriées par la Cour puisqu’elles n’ont aucun lien avec les missions dévolues à l’institution publique.

Au cours de la période étudiée (2011-2017), les dépenses de la banque en faveur du mécénat culturel, nettes des avantages fiscaux, ont représenté le double de celles effectuées au titre de ses autres actions de mécénat (recherche, pédagogie, entreprises). Passent encore les acquisitions de “trésors nationaux” (donnant droit à une réduction d’impôt de 90%) ayant trait à son histoire ou à son patrimoine: le fonds d’archives de Turgot, contrôleur général des finances de Louis XVI, pour 8,5 millions d’euros, au profit des Archives Nationales, ou le Trésor de Cuts, ensemble de monnaies d’argent de la fin du Xe siècle, pour 350.000 euros, au bénéfice de la Bibliothèque Nationale de France. En revanche, la Cour a tiqué sur le financement à hauteur de huit millions d’un tableau d’Ingres et de la fameuse table de Teschen, ornée de pierres précieuses, tous deux acquis par le Louvre. Elle mentionne aussi une plaque en ivoire byzantine, complètement offerte au musée de Cluny, pour 2,5 millions.

Le collectionneur intéressé peut consulter l’article complet sur le site de Challenges.

une question ?

Contactez-nous

Par téléphone au SAV
coût d'un appel local depuis la France

09 51 70 61 80

Par mail
nous vous répondons sous 24h

Contactez-nous

Via Facebook
nous vous répondons sous 24h

Suivez-nous
Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×